Le 8 mars, journée des femmes

Voici un petit diaporama, qui retrace rapidement les origines du 8 mars et sa signification.

Publicités

M.L.F. Année zéro

manif du soldat

 

Cette photo a été prise le 26 août 1970, lors d’une manifestation féministe. Cette date est en quelque sorte celle de la naissance du Mouvement de libération des femmes. Le déroulement en est simple, un petit groupe de femme (une vingtaine) se dirige vers l’Arc de Triomphe pour déposer une gerbe à la femme du soldat inconnu, avec ce slogan : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ». Le groupe fait du bruit et se fait arrêter par la police, par la suite l’arrestation prend une telle ampleur que les femmes sont relachées et le journal Partisans titre : « Libération des femmes : années zéro » à partir de cette date les évènements s’enchainent et le Mouvement de libération des femmes (M.L.F.) s’organise.

mlf_40ans

 

Il réunit des femmes de tous horizons et de tous partis sous une seule banderolle et un seul sigle. Toutes ensembles elles vont revendiquer le droit à la contraception et le droit à l’avortement, soit le droit à disposer librement de leur corps. Elles sortent dans la rue, organisent des Assemblées Générales non mixtes pour pouvoir discuter librement et diriger seules. Elles obtiendrons gain de cause pour de nombreuses revendications notamment la contraception libre et gratuite, avec l’application tardive de la loi Neuwirth de 1967 et le droit à l’I.V.G. (Interruption volontaire de grossesse) grâce à la loi Veil en 1974 et sa perennisation en1979.

Hymne du M.L.F.

Voici l’Hymne du M.L.F. ou Hymne des femmes qui est un chant de rassemblement, écrit par un groupe de femme du M.L.F. Il est chantée pour la première fois lors de la manifestation du 20 novembre 1971 et reste un des chants militants les plus connus chez les féministes.

Paroles de l’hymne:

Nous, qui sommes sans passé les femmes,
nous qui n’avons pas d’histoire,
depuis la nuit des temps, les femmes,
nous sommes le continent noir.

refrain :
Debout, femmes esclaves
Et brisons nos entraves,
Debout! Debout !

Asservies, humiliées, les femmes
Achetées, vendues, violées ;
Dans toutes les maisons, les femmes,
Hors du monde reléguées
(refrain)
Seules dans notre malheur, les femmes
L’une de l’autre ignorée,
Ils nous ont divisées, les femmes,
Et de nos sœurs séparées.
(refrain)
Reconnaissons-nous, les femmes,
Parlons-nous, regardons-nous,
Ensemble on nous opprime, les femmes,
Ensemble révoltons-nous.
(refrain)
Le temps de la colère, les femmes
Notre temps est arrivé
Connaissons notre force, les femmes
Découvrons-nous des milliers

Colloque « « Femmes, féminisme, recherches », trente ans après »

Le vendredi 14 et le samedi 15 décembre 2012, à eu lieu le colloque « « Femmes, féminisme, recherches », trente ans après » à Toulouse. Ce colloque rend hommage à celui qui s’est dérouler du 17 au 19 décembre 1982. Il était alors question de discuter d’un nouveau champ de recherches interdisciplinaire, celui des femmes. Cette réunion devenu historique par son ampleur (environ 750 participantes), est l’occasion de réfléchir notamment au tout nouveau concept de « genre ».

Trente ans plus tard, des chercheuses des plus pionnières dans le champ du genre, animent les tables rondes de ce colloque et discutent avec la nouvelles générations de chercheurs. En effet, les organisatrices de cet évènement décidèrent de mettre à l’honneur les doctorants et les jeunes chercheurs afin qu’ils nous donnent un aperçu de l’état de la recherche aujourd’hui dans le domaine du féminisme et du genre.

En effet, les ateliers divers et variés tentèrent de suvoler l’ensemble des questions et de montrer la nécessité de ce champ de recherche, pour tenter de conscientiser les inégalités et de donner une histoire et une existence aux femmes.

Pour d’avantage de renseignements, je vous conseil ce site:

http://w3.msh.univ-tlse2.fr/arpege/spip.php?article80

Revues féministes françaises des années 1970.

Bien que mon étude porte sur les revues féministes toulousaines des années 1970, il est important d’avoir une liste la plus exhaustive possible des revues féministes de cette période, pour cela, j’ai emprunté celle de Liliane Kandel, extrait de son article « l’explosion de la presse féministe » dans Le Débat, en date de 1980. (Kandel Liliane, « L’explosion de la presse féministe », Le Débat,n°1, Gallimard, 1980/1, p.105-128.)

JOURNAUX ÉDITÉS À PARIS dans l’ordre alphabétique des titres.

Les Cahiers du Féminisme publiés par la Ligue communiste révolutionnaire, nov. 1977 à mars 1980

Choisir : mensuel du mouvement « Choisir », avr 1973 à mars 1980

Colères édité par un groupe de femmes libertaires, mai 1978 à janv. 1980

Coordination nationale des groupes femmes, oct. 1979 à fév. 1980

Désormais, mensuel féministe lesbien, juin 1979 à janv. 1980

Documentation femmes, bulletin du Centre de Documentation féministe, sept. 1978 à oct. 1979

Elles voient rouge, journal fait par des féministes du P.C.F.,  mai 1979 à janv. 1980

Femmes algériennes en lutte, janv. 1978 à déc. 1978

Des femmes en mouvements  janv. 1978 à janv. 1979

Des femmes en mouvements _ — hebdo, 26 oct. 1979 à 15 fév. 1980

Les femmes s’entêtent, avr. 1975 à mai 1975

Femmes travailleuses en lutte, bulletin de liaison des femmes travailleuses (1re série), print. 1974 à nov. 1977

Femmes travailleuses en lutte, bulletin de liaison des femmes travailleuses (nouvelle série) ; fin 1978
G.L.I.F.E. -Informations, puis Femmes-Informations  mars 75 à mars 76

Herejias, grupo de mujeres latino-americanas, mai 1979 à mars 1980

Histoires d’’Elles, politique, quotidien, imaginaire, mars 1977 à mars 1980

L’’Information des femmes, nov. 1975 à déc. 1977

Jamais contentes ! , journal de femmes autonomes, c/o Lib.Carabosses, fév. 1979 à mars 1980

La Cause, nov. 1975

Bulletin des lesbiennes féministes,  1976 à fin 1977

Mignonnes, allons voir sous la rose, bulletin du courant féministe du P.S., juin 1979 à mars 1980

Mujeres latino-americanas (devenu Herejias), été 1978 fév. 1979

Les Mûres prennent la parole, mai 1979 oct. 1979

Nosotras, bulletin du groupe des femmes latino-américaines, janv. 1974 à été 1976

Les Nouvelles féministes, déc. 1974 à mai 1977

Now or never devenu P.O.W., (Paris Organisation of Women) bulletin des groupes de femmes américaines à Paris, hiv. 1973 juin 1975

Parole, print. 1978

Pénélope, Pour l’histoire des femmes, été 1979 à print. 1980

Les Pétroleuses, tendance « lutte de classe » du M.L.F.,  début 1974 à dèc. 1976

Questions féministes, nov. 1977 à fév. 1980

Le Quotidien des femmes, nov. 1974 à juin 1976

Remue-ménage, mai 1979 à mars 1980

La Revue d’En Face, revue de politique féministe, mai 1977 à mars 1980

Sorcières, janv. 1976 à début 1980

Le Temps des femmes (1re série), mars 1978 à mars 1979

Le Temps des femmes (2e série), mai 1979 fév. -mars 1980

Le Torchon brûle, mai 1971 à été 1973

Visuelles, des femmes et des images, fév. 1980

JOURNAUX LOCAUX
(I) : imprimés. (R) : bulletins ronéographiés. O : Bulletins offset.

En province

Journal des femmes d’Aix, (sans adresse). N° 1 : févr. 79, 8 p. (R).

Les femmes s’entendent, Besançon. N° 1 : automne 75 ; n° 6 : juin 76. (R) (I).

La Bulletine bizontine, local des groupes femmes, Besançon. N° 1 : été 79 (s.d.), 30 p. (O).

Journal des groupes femmes, Bordeaux. N° 1 : 77.

Marie-Colère,  Grenoble. N° 1 : déc. 77, 8 p. ; n° 2 : févr. 78,14 p. ; n° 2 bis :juin 78 ; n° 3 : déc. 78 ; n° 4 : mars 79, 6 p. (I).

La Voix des femmes, bulletin du cercle Élisabeth Dimitriev, Lyon, 75.

Bulletin du cercle Flora Tristan, Lyon, 75, 78 (R).

Quand les femmes s’aiment, Lyon. N° 1 : avr. 78, 24 p. ; n° 2 : nov. 78, 32 p. ; n° 3-4 : mars 79, 32 p. ; n° 5 : mai 79, 36 p. (O).

Il était une fois les femmes, R.L.B. Marseille  Journal des G.L.F., supplément aux Pétroleuses. N° 2 : avr. 74, 8 p.

C.O.D.I.F.-Femmes, devenu Femmes-Information, Marseille. Publication du Centre
d’orientation, de documentation et d’information des femmes. Depuis décembre 75, 20 numéros parus, 24 p. (I).

Les Dévoilées, Marseille. N° 1, mai 77,18 p. ; n° 2 : s.d., 24 p. ; n° 3 : s.d. (sept. 77 ?), 28 p. ; n° 4 : févr. 78, 44 p. ; n° 5 : s.d. (juin 78 ?) 50 p. ; n° 6 : nov. 78,44 p. ; n° 7 : début 79, 66 p. ; n° 8 : déc. 79, 40 p. (R).

La Bulletine -— des femmes en mouvements à Marseille, Marseille. N° 2, avril 78, 20 p. ; n° 3 : mars 79, 26 p. (I).

Journal des groupes femmes, Montpellier. N° 1 : mars 77.

Dévoilées, Nantes. N° 1 : été 79, 32 p. (R).

Journal de femmes, Poitiers. N° 1 : avr. 77, 14 p. ; n° 2 : mai 77, 28 p. ; n° 4 : avr. 78, 40 p. ; n° 5 : juin 78, 50 p. (R).

Mais qu’est-ce qu’elles veulent ?, G.R.I.F.,  Reims. N° 1 : nov. 77 , n° 2 ; janv. 78, 12 p. ; n° 3 : mars 78, 28 p. ; n° 4 : s.d. (fin 78 ?), 16 p. (R).

Pénélope, journal des femmes détenues, Rennes. N° 1 : été 79 ; n° 3 : nov déc. 79, 44 p. (R).

Et ta soeœur ? c/o ass. Méduses,Strasbourg. N° 1 : déc. 77 ; n° 3 : févr. 78, 12 p. (O).

La Lune rousse, journal de la maison des femmes,Toulouse. N° 3 : s.d.,35 p. ; n° 4 : début 78, 35 p. ; n° 5 : juil. 78, 30 p. ; n° 6 : févr. 79, 37 p. ; n° 7 : août 79, 50 p. (R).

Différence, c/o Ass. Esclarmonde, Toulouse. N° 1 : avr. 79, 20 p. ; n° 5 : mars 80, 24 p. (I).

Donni corsi in lutta, c/o C. Albertini, Paris. N° 1 : 77, 2 p. (I).23

Les Femmes et les femmes d’abord, journal réalisé par des femmes d’Angers, Caen, Poitiers, Tours. Tours. N° 1 : janv. 80 ; trimestriel ; 44 p. (O).

En banlieue

La Moitié du ciel, publié par des groupes femmes de La Courneuve. Fin 73 à déc. 76 (R).

Sors dehors si t’es une femme, C.L.I.F.E., Viry-Châtillon. Début 78 à début 79. 4 n° parus, 6 à 16 p. (R).

Elles journalent, groupe femmes, Villeneuve-Saint-Georges. Début 79, 2 p. (R).

La Lune Rousse

La Lune Rousse est une revue féministe toulousaine publiée de 1977 à 1982. En 1976, se créée à Toulouse une Maison des femmes 19 rue des Couteliers, dans le quartier  d’Esquirol, en plein centre ville. Cette Maison participe au Mouvement de libération des femmes de Toulouse. Elle se veut un lieu de rendez-vous pour les femmes, un lieu pour échanger leurs idées, un lieu de liberté et de revendications pour les femmes.
En consultant les comptes de l’association, on note qu’entre trente et deux cents femmes ont adhérées à la Maison des femmes de 1977 à 1982. Elle représente donc un lieu central dans le Mouvement de Libération des femmes à Toulouse.
C’est en 1977, que la Maison des femmes décide de créer une revue faite par les femmes et pour les femmes, La Lune Rousse. Sa publication est irrégulière, elle correspond généralement à un numéro par semestre, soit treize numéros au total, qui se déclinent de manière différente, néanmoins on trouve des thèmes récurrents, notamment des articles sur le Ciné-club de la Maison des femmes de Toulouse ou encore sur la vie et les débats au sein de la Maison des femmes.
Cette revue est dirigée par un comité de rédaction composée uniquement de femmes qui n’ont pas forcément d’expérience dans la rédaction. De plus, les articles sont signés par le prénom de l’auteure uniquement, puis relus et approuvés par le comité. Cette pratique a pour but de valoriser le travail collectif plutôt que l’apport personnel.
La Lune Rousse est donc une revue qui a pour but de laisser un place à l’expression des femmes, elle est aussi une sorte de journal de bord de la Maison des femmes. Elle constitue une trace écrite de l’existence d’un Mouvement des femmes à Toulouse. Elle s’inscrit dans un élan de création de revues féministes à l’échelle nationale.